La jeune femme et le tambour

0004

Magali et son tambour, quelque part dans le Troms en Norvège

Magali rêvait d’un tambour sami. Il y a deux ans, elle rencontrait, grâce à son oncle Jacques, Johanna, une chanteuse Sami. La jeune femme lui raconte l’histoire des tambours samis, de leur importance dans l’histoire de ce peuple nomade qui vit au fil des transhumances des rennes en Laponie, de la Finlande à la Norvège en passant par la Suède.

FullSizeRender-3

La quête du tambour, avec Fredrik Prost

Qui plus est, Johanna connaît un artisan qui fabrique ces tambours ronds ou ovals, en peau de renne et en bois de pin. Magali décide d’en commander un à Fredrik, l’artisan. Deux années plus tard, elle se décide à s’envoler pour Kiruna, en Laponie suédoise. Le tambour l’attend depuis longtemps.

C’est dans un atelier en sous-sol qu’elle découvre l’instrument, que Fredrik lui en apprend plus sur son histoire, son importance dans la communication entre le chaman et les Dieux. Fredrik parle de la forme ovale des tambours d’autrefois. Il explique qu’il y avait trois mondes chez les Samis : le monde céleste où vivaient les Dieux, le monde terrestre qui était celui des vivants, et le monde souterrain celui des morts. Les missionnaires scandinaves totalement déterminés à évangéliser les Samis ont diabolisé les tambours. Ils les accusaient de magie et les ont confisqués aux Samis et bien souvent détruits…

9511

Quelque chose de fort émane de la personnalité de Fredrik, de ses mots. Nous sommes captivées par son aura. Mais il faut partir. Il doit rentrer. Le lendemain, il doit partir à un festival de chamans, il doit animer des ateliers. C’est loin, à quelques centaines de kilomètres en Norvège. Il nous conseille d’y passer. Nous nous quittons.

9576

C’est donc naturellement vers le festival d’Isogaisa que Magali décide d’orienter ses pas. La jeune femme n’a pas vraiment de plan. Nous avons une voiture, nous pouvons rouler où bon nous semble. C’est une sorte de voyage aux origines d’une partie de sa famille, la branche paternelle du nord de la Suède que je ne partage pas avec elle mais je suis là pour l’accompagner, sans attente, sans plan bien précis, à part celui d’aller voir la mer…

FullSizeRender-8

Une fois mes sens rassasiés par la magnificence de l’archipel de Lofoten, je suis Magali dans les montagnes de Lavangen. Des tipis sont dressés, dont un central où se déroulent les cérémonies autour du feu et au milieu des peaux de rennes.

9296

Des enfants qui courent, des jeunes, des vieux, des gens de tous horizons sont présents. Même des Russes Samis, des Estoniens, invités spécialement pour l’occasion par Ronald, le directeur charismatique du festival.

9622

La jeune femme et son tambour trouvent vite leur place, moi c’est plus difficile, je n’aime pas les festivals. Fredrik est déjà reparti quand nous arrivons. Je suis déçue. Et puis à Isogaisa, alcool et drogues sont interdits. Pas de débordements alcooliques ou acides…

IMG_2513-2

Seulement des transes à l’issue de certaines cérémonies ou soirées où des groupes se produisent.

9664

Les fins de nuit autour du feu sont grandioses. Les tambours et les Joiks (chants gutturaux sami) transportent dans un autre temps, un autre univers. Magali est dedans, tambour battant, gorge déployée. Moi j’observe. Les énergies du lieu, des gens,des chamans m’épuisent.

9603

Je vais m’assoupir sur peau de rennes. Et d’habitude hermétique aux mouvements de foule, à leurs énergie, là j’ai une sensation intense de contact avec les gens, la terre qui m’entourent. C’est étrange, fort et épuisant.

9671

La jeune femme aime l’endroit, a du mal à le quitter mais le festival touche à sa fin. Il faut partir, aller faire un tour à Tromso, faire un bout de chemin en Finlande, retourner à Kiruna, cette drôle de ville bâtie sur les richesses d’une énorme mine… Une sorte de Twin Peaks en Laponie, dixit la jeune femme et son tambour. C’est la tête pleine d’images, de rencontres, d’aventures, d’expériences et de kilomètres de paysages somptueux, dramatiques que nous rentrons. Je n’attends plus que la jeune femme et son tambour mettent une mélodie et des sons sur nos souvenirs.

Plus d’infos : Isogaisa

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s